Conseils

6 stratégies d’expert pour tenir nos résolutions

13 Décembre 2022

Jean-François Villeneuve

Jean-François Villeneuve

Psychologue en modification des comportements de santé

Temps de lecture 4 minutes
La nouvelle année est souvent synonyme de résolutions. Arrêter de fumer, manger plus sainement, remettre l’entraînement au programme, passer moins de temps sur les écrans
Autant de bonnes habitudes qu’on a envie de prendre pour améliorer notre vie, mais qu’on maintient rarement. Pourquoi? Et comment y arriver? On en parle avec le psychologue Jean-François Villeneuve.
Q
Est-ce une bonne chose de prendre des résolutions? Pourquoi?
R

Oui, ça peut être une bonne chose. C’est normal de chercher à changer ce qui nous dérange ou nous empêche d’avancer. Prendre des résolutions, c’est se permettre de rêver, d’ajouter de l’enthousiasme à notre quotidien.

Les résolutions peuvent constituer une bonne source de motivation, mais il faut faire attention à ce qu’elles ne génèrent pas trop de stress. On peut rêver grand, mais mieux vaut se fixer des objectifs réalistes si on ne veut pas se décourager.

Q
Pourquoi n’arrive-t-on pas à tenir nos résolutions?
R

Le problème avec les résolutions de la nouvelle année, c’est qu’on ne se donne pas les moyens pour les tenir. On se fixe un objectif, mais on ne pense pas de quelle façon on va y parvenir. Après quelques jours ou quelques semaines, notre motivation s’essouffle, et on laisse tomber. Et c’est fréquent. Certaines études montrent que la moitié des gens vivent ce scénario.

Je dis souvent qu’on a beau avoir toute la volonté du monde, si on essaie de traverser l’océan à la nage, on n’y arrivera pas si on n’a pas une bonne stratégie.

Sans compter qu’il est difficile de changer ses habitudes. Notre cerveau est sans cesse partagé entre la recherche d’une satisfaction immédiate (relaxer après une dure journée en regardant la télé) et les bénéfices à atteindre à long terme (améliorer sa gestion du stress grâce à l’exercice physique).

On peut aussi se demander si le début de l’année est le meilleur moment pour nous pour entreprendre des changements. Ça peut nous donner un coup de pouce, parce que la motivation de début d’année sera là, mais il ne faut pas prendre des résolutions juste parce que c’est le Nouvel An et qu’on ressent une certaine pression à le faire.

Q
Comment réussir à tenir nos résolutions?
R

La meilleure façon de réussir à atteindre nos objectifs, c’est de mettre en place un plan d’action en suivant ces 6 stratégies.

1. Définir notre motivation

Notre motivation vient-elle de nous ou de l’extérieur? Veut-on arrêter de fumer parce que notre santé nous préoccupe ou seulement parce que notre médecin nous le recommande? Souhaite-t-on passer moins de temps devant nos écrans pour avoir plus de temps en famille ou pour faire plaisir à notre partenaire?

Prenez le temps de penser à ce que ce changement vous apportera de positif dans votre vie de tous les jours. Plus la motivation vient de nous, plus elle sera efficace pour nous aider à garder le cap.

2. Se fixer un objectif mesurable et atteignable

Au lieu de seulement se dire «Cette année, c’est décidé, je bouge plus!», il faut aussi établir les étapes précises à accomplir pour atteindre notre objectif principal. Par exemple: «Je vais faire 20 minutes de marche rapide trois fois par semaine.» Si on désire mieux manger, on peut choisir de cuisiner deux nouvelles recettes santé par semaine, etc. L’important, c’est de cibler un objectif à la fois, pour ne pas s’éparpiller et se décourager, et être flexible sur les moyens pour atteindre cet objectif.

3. En parler à nos proches

Avoir quelqu’un à qui parler de nos progrès ou de nos embûches augmente nos chances de succès. C’est pourquoi faire participer notre partenaire, notre famille ou nos amies et amis à notre projet est une bonne idée. Ces proches peuvent nous encourager ou même décider d’embarquer dans notre défi!

On peut aussi avoir besoin de ressources supplémentaires et on pourrait avoir alors intérêt à se tourner vers des spécialistes en nutrition, en psychologie, en entraînement physique, etc.

4. Prévoir les obstacles

On sait qu’il nous arrivera de flancher. C’est humain. C’est pourquoi il est important de prévoir des solutions pour le moment où ça nous arrivera et de tenter de comprendre ce qui nous bloque réellement.

On a décidé par exemple de faire une marche après le souper au moins trois fois par semaine. Mais le temps froid commence à nous décourager? On s’équipe de vêtements chauds, qu’on laisse près de la porte. On se procure des crampons. On demande à la voisine de nous accompagner.

Ça ne nous tente pas de cuisiner tel ou tel soir, mais on veut manger santé. On peut se concocter une salade vite faite avec des légumineuses qu’on aura pris soin de stocker dans le garde-manger ou sortir un des plats qu’on aura congelés la semaine précédente.

5. Réévaluer notre objectif

Après quelque temps, on réévalue notre objectif. S’intègre-t-il bien dans notre horaire? Nous apporte-t-il les bienfaits escomptés? Souhaite-t-on l’augmenter, le diminuer? changer complètement d’objectif?

Ce n’est pas un échec si ça arrive: ça fait partie du processus. La vie est changeante, et on essaie de notre mieux de s’adapter. Faisons preuve de bienveillance envers nous-même quand on commet un petit écart ou qu’on réévalue notre objectif à la baisse.

6. Se récompenser

À chaque étape franchie, on s’offre une petite récompense pour souligner nos succès. On peut décider, par exemple, qu’après 10 marches, on se gâte avec une séance au cinéma, qu’on met un petit montant de côté pour un voyage chaque fois qu’on s’entraîne, que le vendredi soir, on s’offre un prêt-à-manger, etc. On peut aussi simplement prendre le temps de se féliciter, de souligner nos bons coups et d’en ressentir de la fierté. C’est aussi cela, se récompenser!

Q
Quel est votre truc pour tenir vos résolutions?
R

Ma stratégie, c’est que je fais souvent le point, et je m’accorde des médailles selon ce que j’ai réussi à accomplir.

Quand je m’entraîne 3 ou 4 fois par semaine, j’ai atteint mon objectif. C’est ma médaille d’or. Je suis content et fier quand ça arrive. Mais la vie étant ce qu’elle est, il arrive des moments où le travail m’occupe plus. Je ne veux toutefois pas renoncer à m’entraîner. Dans ces périodes-là, j’adapte la durée ou le type d’activité et, si je réussis à en faire 2 fois par semaine, je me donne une médaille d’argent.

Quand j’ai des semaines de fou au travail, je prends le temps de me demander ce que je peux mettre en place pour ne pas abandonner complètement mes résolutions. Si je fais 1 ou 2 courtes séances d’activité physique dans la semaine et que je m’achète des fruits et légumes pour accompagner mes repas, je suis content et je m’accorde une médaille de bronze. J’ai fait le minimum et je n’ai pas abandonné.

Ce système fonctionne pour moi. Ce n’est pas une compétition ni une question de performance. Je fais ça pour moi. Ça me permet d’avancer dans la bonne direction, à mon rythme et dans le plaisir. Une autre personne aura un système différent. L’important, c’est de faire preuve de souplesse, de se féliciter pour nos bons coups et de se pardonner nos petits manquements.


Merci à Jean-François Villeneuve, D.Ps., psychologue, pour sa contribution à cet article.

Group

Abonnez-vous à notre infolettre