Conseils

L’importance de la bienveillance envers soi

24 mai 2022

Temps de lecture 3 minutes

Présenté par :

Lumino santé
On se débrouille en général assez bien pour apporter notre soutien à nos proches. Mais quand on traverse un moment difficile, on a plus tendance à se critiquer durement qu’à faire preuve de bienveillance envers nous-même. Pourtant, l’autocompassion est une bonne façon de prendre soin de nous.

La voix intérieure négative

On connaît tous cette voix critique qui nous dit: «Tu n’arriveras jamais à rien», «Tu n’es pas capable de te remettre en forme», «Tu n’as pas de volonté», «Je savais bien que tes bonnes résolutions ne dureraient pas», etc.

Pas super sympa, hein? Pourtant, cette voix se fait souvent entendre dans notre tête. Parlerait-on de cette façon à une personne chère? Pas du tout! On se laisse toutefois admonester comme ça par la personne la plus proche de nous: nous-même!

Mais d’où vient donc cette voix négative? Elle peut provenir des critiques qu’on a reçues quand on était enfant, ou de la société, qui nous exhorte à toujours faire plus. Ça peut aussi venir d’un sentiment intériorisé de n’être pas «assez», de notre propre désir de performance, d’un sentiment de honte ou de culpabilité, d’une difficulté à s’accorder de la valeur, etc.

On pense que de se critiquer impitoyablement, c’est la seule façon de s’améliorer. Que si on commence à accepter notre imperfection, nos limites, ça va nous empêcher de donner notre 110 %, qu’on aura l’air de quelqu’un qui joue les victimes, qui ne veut pas faire d’efforts ou qui est égoïste. Est-ce vraiment le cas? Et si on essayait plutôt l’autocompassion?

Les 3 étapes de l’autocompassion

L’autocompassion, c’est s’arrêter un moment pour reconnaître que tout le monde fait des erreurs, même nous, et que ça ne fait pas de nous un mauvais être humain. Cette pratique demande un petit effort et un peu d’introspection, surtout si cette voix négative résonne en nous depuis longtemps. Mais ça vaut tellement la peine!

Il existe 3 étapes dans la bienveillance envers soi-même.

1. Définir ce qu’on ressent

On se met à l’écoute de soi, on prend conscience de sa souffrance, de l’émotion douloureuse qui nous habite, sans jugement. On est triste? On se dit qu’on est triste, tout simplement, et on l’accepte. Pour s’aider et ne pas se laisser envahir par cette émotion, on peut se concentrer sur des sensations physiques (son souffle, le poids de son corps…), ou encore se placer en témoin et observer la sensation ou l’émotion, comme si on les regardait sur un écran, etc.

2. Prendre conscience qu’on est semblable aux autres

On a souvent l’impression quand on souffre d’être à l’opposé des autres. On se sent à part. Pourtant, tous les êtres humains souffrent, à un moment ou à un autre. La souffrance fait partie de l’expérience humaine. En prendre conscience nous aide à ne pas nous sentir trop seul avec notre fardeau.

3. Faire preuve de bienveillance envers soi-même

On fait preuve de gentillesse et d’empathie envers soi, on reconnaît que notre souffrance est difficile. Et quand notre petite voix critique nous dit «Mais pourquoi es-tu triste? Tu n’as pas de bonnes raisons d’être triste! Franchement, pense à tous ces gens qui meurent dans des guerres!», on la remplace par une autre voix, celle qu’on emploierait pour réconforter une personne qu’on aime: «Tu as le droit d’être triste. La souffrance des autres n’enlève rien à la tienne. Que puis-je faire pour toi? De quoi as-tu besoin?»

Une pratique qui vaut la peine

Au début, on aura l’impression que ça semble un peu forcé. On n’a pas l’habitude de se répondre à soi-même avec gentillesse! On a plutôt la manie de se critiquer et de se blâmer. Mais plus on fera cet exercice, plus il deviendra facile et plus on verra des changements.

En tant qu’adulte, on peut choisir la voix qui nous accompagne. On peut décider que cette voix sera désormais bienveillante. Qu’elle sera une voix amie. On mérite bien ça, nous aussi, non? Surtout quand on sait qu’il existe un lien entre l’autocompassion et la santé mentale. Les personnes qui sont bienveillantes envers elles-mêmes ont davantage confiance en elles, ont de meilleures relations interpersonnelles et font de meilleurs choix pour être heureuses. On s’y met?


Merci à Nathalie Parent, psychologue, auteure et conférencière, pour sa collaboration à cet article.

TOUGO s’engage à maintenir une indépendance éditoriale de façon à assurer l’élaboration de contenus exempts d’influence des partenaires.

Les femmes et la santé cardiovasculaire

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre