Histoire

Le journal de Chantal: par où commencer?

7 janvier 2021

Chantal Tellier

Chantal Tellier

Journaliste et rédactrice multiplateforme

Temps de lecture 3 minutes

Présenté par :

Sun Life
Modifier ses habitudes? Pas si facile mais possible! Toute l’année, on suivra notre collaboratrice Chantal Tellier, qui racontera avec humour sa démarche pour prendre soin d’elle et se remettre en forme. Ce mois-ci: la création d’une vision ou l’importance de formuler clairement les raisons qui motivent notre envie d’améliorer nos habitudes.
Si on m’avait dit qu’un jour je m’installerais à ma table de cuisine avec une feuille et un crayon pour écrire ma «vision» à l’occasion d’une remise en forme, j’aurais éclaté de rire. Allais-je en plus devoir la lire devant le miroir tous les matins? Euh… oui. Mais comment en étais-je arrivée là?

Tout a commencé par un mal de dos

En novembre dernier, j’ai perdu ma mobilité pendant 15 jours à cause d’un mal de dos. Oh, comme à peu près nous tous, j’avais déjà souffert à plusieurs reprises d’un mal de dos. Mais à ce point? et aussi longtemps? Jamais. Je ne pouvais plus faire mes courses ni mon ménage, je ne pouvais plus descendre mon bac à recyclage ni mon sac à ordures. Ça me prenait tout mon petit change – et beaucoup de temps – pour vider les litières de mes chats. Je ne pouvais rester assise plus de 10 minutes d’affilée, et encore. Inutile de dire que je n’ai pas été très productive durant cette période. En fait, je n’ai pas été capable de travailler du tout.

Et là, j’ai compris. J’ai compris que si je ne prenais pas soin de moi, que si je remettais encore à plus tard mon projet de bouger plus, ce mal de dos reviendrait. Accompagné de ses copains Mal aux Genoux, Mal au poignet droit, Mal à l’omoplate gauche, Mal au ventre et, éventuellement, de toute la famille des Tamalou-Partout. Et que leur visite durerait de plus en plus longtemps au fur et à mesure que je vieillirais. C’était inéluctable.

Changer ses habitudes, oui mais comment?

J’ai déjà fait plusieurs listes de résolutions. On s’en doute bien, ça n’a jamais duré… Puis récemment, je suis tombée sur l’article J’adhère au pacte santé. Ça m’a parlé. Et j’ai décidé de procéder autrement cette fois. J’ai donc choisi de me faire un cadeau de moi à moi avec amour: m’entourer de professionnels qui m’aideront.

Lors de notre première rencontre, Jean-François Villeneuve, psychologue spécialisé en modification des habitudes de vie, m’a aidée à réfléchir aux raisons qui me motivent à vouloir davantage être en forme. Si je ne suis pas capable de «voir» ça clairement, je risque de perdre ma motivation en cours de route! Et ce n’est pas si facile qu’il y paraît de mettre le doigt sur ces raisons. Il m’a posé plusieurs questions pour que je puisse rédiger ma vision. En voici quelques-unes, avec mes réponses.

Quelques questions pour bien démarrer un changement d’habitudes

À quels besoins correspond ma quête de mieux-être physique?

  • Je veux me sentir plus énergique.
  • Je veux me sentir bien avec et dans mon corps.
  • Je veux retrouver un pouvoir sur ma vie.

Quels seront les bénéfices concrets de ma démarche?

  • Je dormirai mieux.
  • J’aurai de l’énergie au réveil.
  • Je ressentirai moins de douleur.

Quels deuils aurai-je à faire pour atteindre mes objectifs?

  • Je devrai renoncer au «confort» du statu quo.
  • Je devrai dire adieu à ma paresse légendaire.
  • Je devrai mettre un frein à certaines habitudes, comme ma relation (symbiotique!) avec le vin depuis le début de la pandémie.

Comment vais-je réagir face aux obstacles?

  • Je vais réagir avec bienveillance au lieu de me taper sur la tête.
  • Je vais me traiter comme si j’étais ma meilleure amie.
  • Je vais apprécier ce que j’ai accompli.

Comment vais-je souligner mes accomplissements?

  • Spontanément, j’opterais pour un verre de vin, mais quelque chose me dit que ce n’est pas la meilleure façon!
  • Solution de rechange: prendre un moment pour moi, allumer ma bougie préférée et noter cet accomplissement dans un beau carnet. Ça me fera du bien de le relire de temps en temps.

À la fin de ma démarche, je souhaite…

  • pouvoir proposer à mon amie Jacinthe d’aller se promener au Jardin botanique, alors que là, je ne suis pas capable de marcher pour m’y rendre ET d’y flâner par la suite.
  • être en mesure de passer un après-midi à faire de la raquette avec ma sœur et mes cousins et cousines sans râler comme si j’étais à l’agonie.
  • à la fin de la démarche, entrer de nouveau dans mes vêtements (maudite pandémie!). Si c’était possible, ça serait vraiment chouette.

Se fixer des objectifs

Le mois prochain, je vous parlerai du plan d’action que je vais mettre en place pour accomplir ma vision. D’ici là, je continue à me lever de ma chaise toutes les heures durant la journée pour m’activer un peu et à faire des étirements pour mon dos. Et à lire ma vision à haute voix devant mon miroir tous les jours. (Soupir.) C’est pas si pire, hein. Enfin, c’est ce que mes chats m’ont dit…


Merci à Jean-François Villeneuve, psychologue spécialisé en modification des habitudes de vie, pour ses précieux conseils.


TOUGO s’engage à maintenir une indépendance éditoriale de façon à assurer l’élaboration de contenus exempts d’influence des partenaires.

6 obstacles à la marche en hiver et des solutions

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre