Conseils

10 conseils pour manger de façon plus responsable

1 mars 2022

Temps de lecture 4 minutes

Présenté par :

IGA
Ce qu’on met dans notre assiette a un impact important non seulement sur l’environnement et le climat, mais aussi sur les conditions de vie des producteurs et la vitalité de notre économie locale. Heureusement, il est possible de manger de façon plus saine et durable. Voici 10 conseils pour adopter au quotidien des pratiques alimentaires responsables.

1. Manger moins de viande et mieux la choisir

Les produits d’origine animale représentent 52 % de l’empreinte carbone de l’assiette des Québécois1! La production de viande de bœuf, en particulier, émet une grande quantité de gaz à effet de serre. C’est pourquoi l’adoption d’une alimentation qui fait la part belle aux végétaux contribue à donner un répit à la planète. Les produits à base de soya comme le tofu et le tempeh, les légumineuses, les céréales complètes, les noix et les graines sont tous d’excellentes sources de protéines végétales.

Doit-on pour autant renoncer à consommer de la viande? Pas nécessairement. En choisissant soigneusement celle qui se retrouvera dans notre assiette – en achetant de la viande locale, par exemple –, on peut continuer à en manger, mais moins fréquemment, en diminuant la taille de nos portions ou encore en la combinant moitié-moitié avec des protéines végétales (comme des lentilles, des haricots, de la PVT ou du tofu dans les sauces pour pâtes, chilis, pâtés chinois, tacos, boulettes, etc.). Notre santé à nous aussi ne s’en portera que mieux!

2. Boire de l’eau du robinet

Les bouteilles de plastique à usage unique sont néfastes pour l’environnement. Elles prendraient jusqu’à 450 ans avant de se décomposer entièrement2! Pensons-y la prochaine fois qu’il nous viendra l’envie d’acheter une bouteille d’eau. Pourquoi ne pas opter à la place pour l’eau du robinet? Si on n’en aime pas le goût, on peut la filtrer dans une carafe avec filtre qu’on se sera procurée, ou tout simplement la laisser reposer au frigo quelques heures. L’odeur et le goût du chlore disparaîtront. On peut aussi aromatiser son eau avec des petits fruits, des herbes, des tisanes, etc. Pour les sorties, on se munit d’une bouteille d’eau réutilisable, et le tour est joué!

3. Limiter notre consommation d’aliments ultratransformés

Près de la moitié des calories qu’on consomme proviendrait d’aliments ultratransformés3. Quand on sait que la production de ces aliments (boissons gazeuses, croustilles, chocolat, crème glacée et desserts surgelés, muffins du commerce, charcuteries, etc.) a un impact notamment sur les gaz à effet de serre4, ça peut nous inciter à manger davantage de produits frais, qu’on aura cuisinés nous-même. Surtout que les aliments ultratransformés sont riches en sodium, en sucres et en gras saturés. On a donc tout avantage à en consommer moins!

4. Bien choisir son poisson

Le poisson est délicieux et, en plus, il est bénéfique pour la santé. Mais comment sélectionner du poisson écoresponsable? Pour déterminer quels sont les produits de la mer respectueux des océans, il faut commencer par regarder les étiquettes sur les emballages. On recherche les écocertifications comme Marine Stewardship Council (MSC) ou Aquaculture Stewardship Council (ASC), qui nous indiquent les poissons qui sont des options durables. Les petits poissons, comme les sardines, le hareng et les anchois, constituent aussi une bonne option. On peut également se renseigner auprès de notre poissonnier pour connaître la provenance des poissons et fruits de mer qu’on achète afin de choisir des produits régionaux.

5. Acheter local et de saison

Pour manger local, on suit les saisons et on y va à son rythme, car chaque achat local est un pas dans la bonne direction! Par exemple, on fait provision de fruits et de légumes durant le temps des récoltes et on les congèle ou on en fait des conserves pour en avoir toute l’année. On mise aussi l’hiver sur les pommes, les courges et le chou ainsi que sur les légumes-racines: betterave, carotte, rabiole, panais, radis, rutabaga, pomme de terre, navet… On vérifie la provenance des aliments congelés ou en conserve qu’on achète. On réduit ainsi notre empreinte carbone et on encourage les producteurs d’ici. C’est gagnant-gagnant!

Et pourquoi ne pas se mettre au jardinage? Avec un peu de créativité, on peut trouver un espace et l’ensoleillement suffisant pour planter quelques plants de tomates ou cultiver des fines herbes.

6. Opter pour des aliments biologiques

Manger bio réduit la quantité de produits chimiques présents dans notre alimentation, comme les pesticides, tout en encourageant des cultures qui favorisent la santé des sols.

Si on craint que le coût de notre panier d’épicerie ne grimpe trop, on peut commencer en achetant la variante biologique des 12 aliments les plus contaminés aux pesticides (qu’on appelle la Dirty Dozen5): fraises, épinards, chou frisé (kale), nectarines, pommes, raisins, cerises, pêches, poires, poivrons, céleri, tomates.

7. Privilégier les produits équitables

Qu’on cherche à consommer de manière plus durable ou à soutenir des pratiques de travail équitables, il existe plusieurs certifications équitables pour nous aider à établir quels sont les produits qui correspondent à notre philosophie. On pense, entre autres, à Fair Trade Certified, Ecocert, Fair for Life, Rainforest Alliance et World Fair Trade Organization.

8. Réduire le gaspillage

Les déchets alimentaires constituent près du quart des déchets solides municipaux qui se retrouvent dans les sites d’enfouissement au Canada6. Ces déchets produisent des gaz à effet de serre, et toutes les ressources mises en œuvre pour produire les aliments non consommés sont perdues. Quelques suggestions pour parvenir à contrer le gaspillage alimentaire:

  • Planifier ses repas
  • Faire une liste d’épicerie et acheter seulement ce dont on a besoin
  • Cuisiner selon ce qu’on a dans le frigo
  • Acheter en vrac (c’est plus facile d’acheter la quantité nécessaire pour une recette)
  • Congeler les surplus
  • Privilégier les légumes «imparfaits», souvent à prix réduit

Besoin d’autres astuces pour réduire vos déchets?

Assistez, en présentiel ou en virtuel, à l’une des conférences gratuites À vos frigos, où vous pourrez découvrir des trucs simples et pratiques pour lutter contre le gaspillage alimentaire au quotidien. Ces conférences d’une durée d’une heure sont animées par des experts antigaspillage du Jour de la Terre, en collaboration avec le Fonds Éco IGA.

9. Minimaliser l’emballage

On choisit les produits les moins emballés. Entre les concombres libanais en vrac et ceux enveloppés dans une barquette, on y va de ceux en vrac. Idem pour les haricots, les pommes de terre, les poivrons, les choux de Bruxelles, etc. Et on demande à la personne qui gère la section des fruits et légumes d’offrir des produits moins emballés. Comme consommateurs, on a un certain pouvoir. Utilisons-le! On choisit, quand c’est possible, les produits offerts en gros format (en s’assurant qu’on ne gaspillera pas le surplus). On apporte aussi nos sacs réutilisables à l’épicerie. Et si on veut aller plus loin, on apporte nos contenants pour nos viandes et poissons achetés aux comptoirs. De cette façon, on réduit les déchets liés à nos achats.

10. Composter

Le recyclage des déchets alimentaires et autres déchets organiques en compost est une bonne chose pour l’environnement. Cela permet d’éviter l’émission de beaucoup de gaz à effet de serre. Pas mal, pour un petit geste!

Faire une différence

Qu’on intègre un seul de ces conseils ou les 10 dans notre quotidien, on contribue à aider la planète, l’économie locale et nos producteurs… et on se nourrira sainement en prime!


TOUGO s’engage à maintenir une indépendance éditoriale de façon à assurer l’élaboration de contenus exempts d’influence des partenaires.

Sources
1. https://www.sciencepresse.qc.ca/actualite/detecteur-rumeurs/2021/01/29/manger-moins-viande-pour-sauver-climat-priorite-quelques
2. https://www.wwf.org.au/news/blogs/the-lifecycle-of-plastics
3. https://www.coeuretavc.ca/articles/que-sont-les-aliments-ultra-transformes
4. https://www.sciencedaily.com/releases/2021/11/211111080345.htm
5. https://www.ewg.org/foodnews/dirty-dozen.php
6. https://www.canada.ca/fr/environnement-changement-climatique/services/gestion-reduction-dechets/solides-municipaux/statistiques-tendances.html

Une pause peut-elle sauver votre couple?

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre