Article

L’activité physique intuitive en 4 questions

20 septembre 2022

Temps de lecture 3 minutes
S’entraîner au petit matin, ressentir l’euphorie après une course, dépasser ses limites… ça ne vous dit rien? Heureusement, ce n’est pas la seule façon de bouger. Il existe une approche bienveillante qui met de côté les objectifs de performance. Cap sur l’activité physique intuitive en 4 questions.

1. Qu’est-ce que l’activité physique intuitive?

L’activité physique intuitive est une façon d’approcher l’exercice en portant attention aux signaux de notre corps, à notre niveau d’énergie et à nos préférences. À l’instar de l’alimentation intuitive, qui rejette l’idée des régimes restrictifs, il s’agit d’une approche qui se veut flexible, positive et sans jugement. On fait confiance à notre interprétation de ce dont notre corps a besoin et on ne s’oblige pas à suivre un programme d’exercices rigoureux s’il ne nous convient pas.

Cette façon de voir l’activité physique nous invite à repenser nos motivations à bouger. De nos jours, il est fréquent d’entretenir une relation «punitive» avec l’exercice. On le perçoit comme un moyen de brûler des calories ou de transformer l’apparence de son corps. Si bien qu’on en oublie que bouger à sa façon est un des cadeaux les plus bienveillants qu’on puisse s’offrir!

Pratiquer l’activité physique intuitive s’apparente beaucoup à la façon dont bougent les enfants. On se promène, on court, on saute, on danse, on joue, sans tout mesurer et sans chercher à savoir si on en a fait assez pour que ça compte. On se repose quand on en ressent le besoin, sans se juger.

2. À qui s’adresse l’activité physique intuitive?

Certaines personnes aiment réellement faire de l’exercice structuré et suivre un programme d’entraînement pour atteindre leurs objectifs. Pour d’autres, s’imposer une telle rigueur n’est pas si facile ni même motivant.

L’approche intuitive peut vous convenir si:

  • vous voulez bouger davantage, mais vous percevez l’exercice comme une corvée supplémentaire dans une liste déjà bien remplie.
  • vous avez essayé à maintes reprises de suivre un programme d’exercices, sans succès.
  • vous vous forcez à suivre un programme d’exercices, sans en retirer de plaisir et vous vous sentez coupable si vous manquez un entraînement.
  • vous vous sentez incapable de suivre un programme d’exercices, que ce soit par fatigue, manque de temps ou en raison de douleurs.

Il se peut que ce soit une approche qui convienne mieux à votre personnalité. Faisons le parallèle avec le voyage. Certaines personnes préparent un itinéraire détaillé et le suivront à la lettre. D’autres préfèrent déambuler et choisir leur destination au jour le jour. Les deux approches se valent, mais si les unes se forcent à suivre la démarche des autres, l’escapade risque de tourner au fiasco!

3. Quels sont les bienfaits associés au fait de bouger intuitivement?

Les bienfaits de l’activité physique sur la santé sont nombreux et bien connus. On peut obtenir les mêmes bienfaits pour le sommeil, le métabolisme, le cœur, le cerveau, et bien d’autres choses encore, en pratiquant l’activité physique intuitive. Attention! Il ne s’agit pas d’un remède miracle. Pour obtenir ces bienfaits, il faut nécessairement s’activer et fournir un certain effort continu. Par contre, en se libérant d’un cadre strict et en respectant ses limites, on peut réussir à bouger davantage au quotidien et à maintenir sa motivation à long terme.

En choisissant une activité selon ce qu’on se sent capable de faire et ce qu’on a envie de faire, on vit une expérience positive. Et c’est en accumulant une série d’expériences positives avec l’activité physique que l’on augmente sa confiance en ses capacités et qu’on adhère à un mode de vie actif à long terme.

4. Concrètement, à quoi ressemble l’activité physique intuitive?

Écouter son intuition ne veut pas dire attendre une illumination pour se mettre en mouvement! Voici 4 façons de commencer à bouger intuitivement:

  • On se pose les bonnes questions, comme: «De quel type de mouvements mon corps a le plus besoin aujourd’hui: cardio, étirement, renforcement?» ou «Qu’est-ce que l’activité physique pourrait m’apporter aujourd’hui?»
  • On prend le temps d’évaluer notre niveau d’énergie et on ajuste l’intensité en conséquence. On avait prévu faire du jogging, mais la journée a été particulièrement épuisante? On se permet d’essayer une séance de marche en pleine conscience.
  • On choisit une activité qu’on a envie de faire maintenant, sans penser à ce qu’on a fait la veille ou ce qu’on compte faire le lendemain. On avait planifié une séance de yoga, mais l’énergie est à son comble et on ressent le besoin de lâcher son fou? On met de la musique entraînante et on fait une activité aérobique.
  • On change notre discours interne par rapport à l’exercice. On évite des termes tels que «je devrais faire…» ou «il faudrait que je…» et on les remplace par «j’ai envie de…» ou «je me sens d’aplomb pour…»

Tout cela peut sembler plus facile à dire qu’à faire, on en convient! Changer sa perspective relativement à l’exercice demande du temps, de la pratique et de l’indulgence. Pour s’écouter à travers le bruit, il faut d’abord se faire confiance. Chaque personne est experte de son corps… Encore faut-il (ré)apprendre à reconnaître quand il a la bougeotte!

Se déplacer à vélo: mythes et réalités

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre