Article

Ménage du printemps pour l’âme

11 mars 2021

Isabelle Queval

Isabelle Queval

Psychologue

Temps de lecture 4 minutes
Voici un plan pour faire le ménage de chacune de nos «pièces» intérieures: nos sensations, nos émotions, nos pensées et nos comportements. Quoi de mieux que de commencer la nouvelle saison dans un espace mental dégagé, plus disposé et mieux équipé pour vivre les aventures qui nous y attendent et augmenter notre bien-être?
Après quelques mois d’hibernation, l’arrivée lumineuse du printemps nous donne envie d’aérer nos maisons, d’y faire le grand ménage et peut-être même d’en renouveler le décor. Mais comme on a pas mal fait le tour de nos logis cette année avec la pandémie, on propose ici de se centrer davantage sur notre personne, pour y faire un peu de désencombrement, de nettoyage et de revitalisation.

Émotions

On observe les lieux

Afin de ne pas laisser nos émotions nous envahir et compromettre notre équilibre et nos relations, on s’arrête, on s’introspecte et on identifie quelles émotions nous posent le plus problème: colère, tristesse, peur, etc.

On soulève les tapis et on vide les garde-robes qui débordent

On peut avoir tendance à étouffer certaines émotions inconfortables, à les fuir ou à les refouler par toutes sortes de stratégies destructrices (consommation, travail, crises, etc.). Comme les émotions sont des réactions spontanées et involontaires, chercher à les nier ou à lutter contre elles ne fera que nous faire perdre beaucoup d’énergie et ajouter d’autres couches d’émotions négatives, telles que la frustration, la honte et l’impuissance de ne pas y arriver. On a donc plutôt avantage à les reconnaître et à accepter d’en prendre soin.

On fait circuler l’air

La meilleure façon de composer avec nos émotions, c’est d’apprendre à mieux nous réguler, c’est-à-dire à adapter notre état émotionnel pour qu’il soit tolérable, ajusté à la situation et qu’il reste au service de nos besoins.

  • On résiste au passage à l’acte (lancer, crier, frapper, etc.) en se donnant un délai de 10 à 15 minutes avant de céder à la pulsion;
  • On pratique une technique de respiration ou de relaxation pour s’apaiser et se sécuriser;
  • On tolère l’inconfort en se rappelant que toute émotion, même très intense, est passagère et finit donc toujours par redescendre;
  • On identifie notre besoin (être soutenu, rassuré, considéré, etc.);
  • On s’exprime avec calme et fermeté.

Pensées

On époussette la bibliothèque

Que l’on soit pris avec des ruminations du passé, de l’anticipation excessive de l’avenir ou encore une suranalyse des événements, nos pensées peuvent également être source de souffrance. On a alors avantage à prendre conscience de notre discours intérieur.

On fait de l’élagage

On constate nos pensées automatiques, irrationnelles et nos distorsions cognitives, comme:

  • le tout ou rien;
  • les conclusions hâtives;
  • la surgénéralisation;
  • la dramatisation ou la minimisation.

On jette et on recycle

On remplace les pensées nuisibles pour d’autres plus flexibles, ajustées et réalistes. Par exemple:

  • on nuance notre pensée;
  • on vérifie nos interprétations;
  • on formule d’autres hypothèses;
  • on se questionne sur sa responsabilité;
  • on se distance de la pensée nuisible (plutôt que «Je ne suis pas bon», «Mon cerveau me dit que je ne suis pas bon»).

Sensations

On observe les lieux

Pour éviter que certaines sensations nous incommodent au point d’affecter notre fonctionnement ou notre bien-être, on fait un scan de chaque partie de notre corps pour y détecter les inconforts, les tensions ou les douleurs: mal de tête ou de ventre, pression à la poitrine, douleurs musculaires, etc.

On fait une liste

On note nos observations, à l’aide d’un journal ou d’une application, afin de recueillir des données sur:

  • la fréquence et l’intensité des sensations;
  • les moments de la journée ou de la semaine;
  • les conditions dans lesquelles elles se manifestent (lieu, événement, etc.).

On organise

On fait des liens entre la présence des sensations problématiques et les éléments de l’environnement pour en découvrir les déclencheurs. Par exemple:

  • J’ai mal au ventre quand je suis en colère;
  • Je fais des migraines quand je suis suractif;
  • J’ai des palpitations et des tremblements quand je dois parler en réunion.

On fouille dans les coins

On cherche la fonction possible de la sensation. Pour ce faire, on se demande en quoi elle peut nous rendre service. En effet, les sensations (maux de ventre, battements de cœur, etc.) surviennent souvent pour nous indiquer un besoin profond.

On jette, on lave et on renouvelle

On apprend à prendre au sérieux ces signaux plus tôt et on choisit des pistes d’action pour mieux les prévenir, que ce soit en:

  • s’affirmant davantage;
  • se reposant plus souvent;
  • apprenant à être plus indulgent envers soi.

Comportements

On fait la liste des travaux à faire

On détermine…

  • les habitudes et comportements qui ne sont pas cohérents avec nos valeurs et nos objectifs de vie;
  • les actions qui nous permettraient de nous rapprocher de ce qui est important pour nous.

On désencombre

On pose des gestes pour tenter de se dépouiller de ce qui est lourd ou superflu dans nos vies: surcharge de travail, surconsommation, dépendance, etc.

On fait de la place

On laisse place à du léger, du beau, du fun, du sens comme l’art, la musique, l’écriture, les jeux, le plein air, la spiritualité, etc.

On répare et rénove

  • On choisit de se débarrasser d’une mauvaise habitude de vie (consommation excessive d’alcool, surutilisation des écrans, etc.) en la remplaçant par une autre qui va dans le sens de ce qu’on valorise. Par exemple, on remplace son verre d’alcool de trop par un mocktail, on laisse son cellulaire de côté aux repas pour prendre une vraie pause et porter attention aux autres…
  • On s’engage avec courage dans la direction souhaitée en commençant par un petit pas, puis un autre… l’action nous motivant à garder le cap en direction de notre objectif.


Alors, vous y voyez plus clair? Bon ménage du printemps!


Merci à la psychologue Isabelle Queval pour la rédaction de cet article.

Sport et protéines: une combinaison gagnante?

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre