Histoire

Vacances et bonnes habitudes: le journal de Chantal

3 août 2021

Chantal Tellier

Chantal Tellier

Journaliste et rédactrice multiplateforme

Temps de lecture 4 minutes

Présenté par :

Sun Life
Comment profiter de ses vacances tout en conservant ses bonnes habitudes? Notre collaboratrice Chantal Tellier tente de relever ce défi grâce aux conseils d’un psychologue et d’une kinésiologue. Découvrez ses stratégies.

Ce mois-ci, j’ai envie de faire un bilan. J’en suis aux deux tiers de mon parcours, et revenir sur le chemin fait depuis janvier dernier va m’aider à poursuivre dans la bonne voie… et à passer à travers les vacances sans perdre en cours de route mes bonnes habitudes, comme la dernière fois.

Où en suis-je après huit mois?

Quelles habitudes sont bien intégrées dans mon quotidien et quelles sont celles qui me demandent encore un effort? En vrac:

  • Je fais des étirements presque tous les jours, mais pas de séances structurées. J’y vais selon mes besoins, à coups de 10 ou 15 minutes. Ça me fait beaucoup de bien, et je ne vois plus cela comme une «corvée».
  • Je médite, mais 10 minutes par jour, pas 20. Je vise cependant les 20 minutes d’ici la fin de l’année.
  • J’ai cessé de grignoter tout le temps… la plupart du temps. Ça, c’est majeur pour moi. Et mon intestin irritable me dit merci!
  • Je bois mes 6 verres d’eau par jour.
  • Je dors presque 7 heures toutes les nuits. Et quand ce n’est pas le cas, je m’en rends compte et je me couche plus tôt. Sept heures, c’est le minimum dont j’ai besoin.

5 000 pas par jour

Un de mes principaux objectifs était de marcher 5 000 pas par jour 5 fois par semaine… sans que ça me demande d’effort. C’est maintenant chose faite. Je fais facilement 5 000 pas, alors qu’au début de l’aventure, ce n’était pas si évident. Je partais de loin! Heureusement, j’ai trouvé au fur et à mesure des trucs qui me font faire des pas sans que j’aie l’impression de «travailler à ma santé». Mes astuces:

  • Désormais, quand je parle au téléphone, je marche en arpentant le corridor. Mine de rien, jaser une demi-heure avec une amie ou une collègue, ça augmente le nombre de pas en titi!
  • Je passe l’aspirateur à main sur le plancher 2 fois par jour. Je ne fais pas l’appartement à la grandeur, là! Mais je passe près des litières, dans la salle de bain, près du comptoir de la cuisine, etc. Non seulement je fais des pas, mais je travaille ma flexibilité!
  • Je mets rarement mes vêtements dans la sécheuse. Je les accroche plutôt dans la salle de bain. Au lieu d’apporter tous les vêtements en même temps, j’en apporte maintenant un à la fois. Je fais donc plusieurs allers-retours de la laveuse à la salle de bain. Et là encore, non seulement j’augmente mes pas, mais je fais travailler mes épaules et mes bras en accrochant mes vêtements.
  • Je fais 15 minutes de rangement ou de ménage par soir. De cette façon, j’accumule des pas tous les jours, et ça m’évite d’être coincée le week-end avec tout le ménage à me taper!

Je suis assez fière de mes nouvelles façons de faire. Bien sûr, plusieurs trouveront sans doute que je me complique la vie, mais je ne le vois pas de cette façon. C’est ma manière à moi d’intégrer l’activité physique dans mon quotidien. Bon, je ne dis pas que, grâce à ça, j’irai bientôt courir un marathon ou faire un Ironman, hein. Je dis juste que je bouge plus, et c’est déjà beaucoup pour moi.

Aller jouer dehors!

Cela dit, je fais tout ça à l’intérieur… J’ai eu beau avoir une conversation avec moi-même il y a quelques mois, les marches à l’extérieur n’ont pas duré. Et je n’ai même plus l’excuse du temps froid, hein! En tant qu’introvertie assumée, je suis super bien chez moi. Je peux passer des jours sans sortir. En même temps, je sais que c’est important de prendre l’air! Mais je traîne toujours de la patte dans ce dossier. Je m’aperçois cependant depuis quelque temps que, lorsque je passe 3 jours sans mettre le nez dehors, je commence à déprimer.

Mon truc pour sortir? J’ai découvert que je n’étais pas contemplative pour deux sous, et que marcher pour marcher, ce n’était pas ma tasse de thé. J’ai besoin d’un but. Comme j’habite dans un quartier où tout est accessible à pied, je fais des courses tous les deux jours. J’achète donc peu de provisions à la fois, et je ressors pour aller chercher ce qui manque. Ce n’est pas encore parfait. J’aimerais bien augmenter le temps passé à l’extérieur. Je laisse passer mes vacances et je vais me pencher là-dessus en septembre.

Des vacances ET de bonnes habitudes

On se rappelle que, durant mes dernières vacances, j’ai laissé tomber mes nouvelles bonnes habitudes. Vous savez ce que c’est: ah, c’est les vacances, il faut bien en profiter! On se reprendra au retour. Oui, mais non. J’ai appris depuis que vacances et bonnes habitudes ne s’excluaient pas. Qu’on peut être en vacances ET garder nos bonnes habitudes. C’est Jean-François, le psy qui m’accompagne, qui m’a fait réaliser ça. En parlant avec lui pour établir des stratégies à mettre en place durant mes vacances pour ne pas laisser tomber mes bonnes habitudes, je me suis rendu compte que ces bonnes habitudes me permettent de me sentir mieux. Pourquoi les arrêter? Alors oui, je vais peut-être prendre ça plus relax, dormir davantage si c’est ce dont mon corps a besoin, mais je ne passerai pas toutes mes vacances affalée dans ma causeuse à regarder des séries en rafale en mangeant des chips et en buvant du vin. (Bon, je vais faire ça aussi, hein, mais pas que ça.) On a donc élaboré quelques stratégies.

Stratégies pour garder ses bonnes habitudes en vacances

  • Mon but ultime durant mes vacances est de désencombrer mon appartement. Mais comme le disait Jean-François, si je passe tout mon temps à faire ça, ce ne seront plus des vacances. Je vais probablement me sentir frustrée, et peut-être vais-je laisser tomber mes bonnes habitudes. Je vais donc désencombrer, mais pas tous les jours!
  • Je peux aussi prendre une pause des bonnes habitudes moins «importantes». J’essaie par exemple de faire des exercices pour mes yeux tous les jours. Ça me fait du bien quand je travaille toute la journée devant l’ordi, mais peut-être puis-je prendre un break durant les vacances et retirer ça de ma to-do list.
  • Je vais par contre conserver les bonnes habitudes qui sont bien ancrées: marcher mes 5 000 pas, boire de l’eau, m’étirer, etc. Comme ça, je n’aurai pas à repartir à zéro au retour des vacances.
  • Je vais me faire plaisir: ne parler à personne pendant 3 jours si j’ai besoin de recharger mes batteries, prendre l’apéro avec des amies, aller voir des expos, manger au resto, flatter mes chats, lire, faire des siestes, m’offrir un massage… Toutes des choses qui font du bien et qui ne scrappent pas les bonnes habitudes.

Je reviendrai reposée en septembre, prête à voir avec Claudia, la kinésiologue, comment je pourrais diversifier mes activités physiques pour augmenter les bienfaits sur mon corps… et sur mon mental!


Merci à Jean-François Villeneuve, psychologue spécialisé en modification des habitudes de vie, et à Claudia Labrosse, kinésiologue agréée par la Fédération des kinésiologues du Québec, pour leurs précieux conseils.


TOUGO s’engage à maintenir une indépendance éditoriale de façon à assurer l’élaboration de contenus exempts d’influence des partenaires.

8 effets positifs de la pandémie

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre