Article

À la découverte des minirepas

8 juin 2021

Hubert Cormier

Hubert Cormier

Docteur en nutrition

Temps de lecture 3 minutes
Adepte de la collation? La faim vous tenaille? Vous ne voulez pas vous casser la tête avec la popote? Cap sur les snunchs.

Avez-vous déjà entendu parler du «snunch»? Il s’agit de la troncation et de la combinaison des mots anglais snack et lunch. Cette tendance qu’on pourrait associer à la prise de plusieurs minirepas commence à prendre de l’ampleur non seulement chez les travailleurs et les personnes vivant seules, mais aussi chez ceux et celles qui veulent bien manger sans toutefois passer bon nombre d’heures dans la cuisine.

Pourquoi les minirepas sont-ils intéressants?

Plus copieux que la collation, mais plus légers que le dîner, les snunchs peuvent être mangés à toute heure de la journée, selon les commandements de votre estomac! Pour les créer, il suffit d’assembler ou de combiner différents aliments sans toutefois les préparer. On parle alors de cuisine d’assemblage!

Les snunchs sont populaires pour une multitude de raisons. Vous avez un appétit d’oiseau ou êtes simplement adepte des petits repas fréquents? Vous serez donc servis! Il arrive également que le temps ou la volonté de préparer un repas complet soit absente. Les snunchs s’avèrent donc une excellente solution à ce problème. Il se peut aussi que vos papilles soient à la quête d’une variété de saveurs. En combinant de petites quantités de plusieurs aliments, vous pourrez à la fois satisfaire toutes vos envies.

Quelques statistiques

Selon une enquête récente1, un pourcentage sans cesse grandissant de personnes préfèrent collationner plutôt que de prendre des repas traditionnels. En effet, 5,3 % opterait pour une collation à la place du petit-déjeuner, 8,5 %, à la place du dîner et 5,0 %, à la place du souper.

À quoi devrait correspondre un repas, une collation ou un snunch?

Associé au déjeuner, au dîner et au souper, le terme «repas» correspond à une prise alimentaire servant à combler la faim. Selon le Guide alimentaire canadien, un repas devrait être constitué en majorité de fruits et légumes et devrait inclure des aliments protéinés ainsi que des aliments à grains entiers. Le nombre de portions n’est toutefois plus indiqué depuis la révision de 2019, ce qui laisse la place à l’écoute de ses signaux internes de faim et de satiété.

Les collations, quant à elles, ne sont pas essentielles. Néanmoins, en présence de faim entre les repas, elles s’avèrent intéressantes pour éviter d’arriver au prochain repas affamé et de consommer des quantités excessives de nourriture sous le coup de la faim et de l’impulsion. Attention! Les collations servent à bien vous soutenir jusqu’au prochain repas. Idéalement, une collation prise sur une base quotidienne devrait être saine et rassasiante. Pour le plaisir, certaines collations peuvent être constituées d’aliments occasionnels ou d’exception (friandises, croustilles, etc.). Leur fréquence idéale devrait alors être d’une à deux fois par semaine.

Les snunchs, quant à eux, sont l’incarnation parfaite de la collation élaborée qui comble la faim. La taille des snunchs devrait se trouver entre celle de la collation et celle d’un repas, toujours selon votre faim. Imaginez-vous manger six repas de taille moyenne au cours de la journée, plutôt que trois repas complets et quelques petites collations. En résumé, on pourrait comparer le snunch à un minirepas en pièces détachées qui n’attendent qu’à être assemblées!

Maîtriser l’art du snunch

  1. Mettez d’abord les fruits et les légumes à l’avant-plan: fleurons de brocoli, bouquets de chou-fleur, lanières de poivron, quartiers de pomme et dattes séchées. Plusieurs fruits et légumes ne nécessitent aucune préparation et peuvent être consommés tel quel. C’est d’ailleurs le cas des pratiques tomates cerises/raisins, des petits concombres libanais, des baies, des pois sucrés, des fèves vertes et jaunes, etc.
  2. Laissez-vous guider par les couleurs pour apporter une plus grande variété dans l’assiette!
  3. Ajoutez-y ensuite une source de protéines: morceaux de fromage, houmous, tranches de tofu de votre souper de la veille, noix mélangées, œufs à la coque, poisson en conserve, dinde tranchée, graines de soya rôties, saumon fumé, trempette à base de yogourt grec, etc. Ces protéines vous rassasieront jusqu’à votre prochaine prise alimentaire!
  4. Complétez le tout par une source de grains entiers: tortillas cuites au four, craquelins, petit muffin au son, reste de quinoa ou de riz brun cuit, etc.
  5. N’hésitez pas à y inclure des aliments déjà préparés. Les restes de la veille peuvent être très intéressants! Par exemple, coupez une poitrine de poulet en petits cubes ou faites une mousse de saumon.
  6. Si vous optez pour des aliments du commerce, assurez-vous que la liste d’ingrédients est belle et courte. Privilégiez les aliments peu transformés.
  7. Prenez le temps de manger. Ne le faites pas en travaillant! Les écrans et les distractions peuvent brouiller vos signaux de faim et de satiété.


Avec les snunchs, il n’y a décidément plus de raison de se soucier de la variété dans son assiette!


Merci à Hubert Cormier, docteur en nutrition, pour la rédaction de cet article.


Référence
1. Most popular time of day for snacking among consumers in Canada as of September 2019, ProdegeMR, September 2019.

Les bons gestes pour affronter la canicule

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre