Conseils

Repas préparés: faire des choix éclairés

10 août 2021

Marie-Ève Caplette

Marie-Ève Caplette

Nutritionniste

Temps de lecture 4 minutes
Vous manquez d’énergie et de temps pour cuisiner? Vous n’êtes pas seul. Histoire de vous aider dans cette situation, plusieurs entreprises proposent des solutions qui se classent en deux grandes catégories: les prêts-à-préparer et les prêts-à-manger. Voici en quelques points les avantages et inconvénients de chacune de ces options pour nous aider à faire des choix éclairés.

Options prêtes à cuisiner

Le principe est simple: on choisit un modèle d’abonnement contenant un certain nombre de repas par semaine et le nombre de portions désiré par repas. Ensuite, on choisit son menu parmi une sélection de plats, puis les ingrédients sont livrés à notre porte déjà portionnés, prêts à être cuisinés. Il ne reste donc qu’à suivre la recette sur la fiche recette incluse dans la boîte à l’aide des ingrédients précoupés et prémesurés.

Quelques exemples de ce type de produits: Cook It, Marché Goodfood, HelloFresh.

Avantages

  • On gagne du temps;
  • C’est utile pour une personne seule;
  • On découvre de nouvelles recettes et nouveaux ingrédients;
  • C’est un bon outil pour développer nos compétences culinaires, vu les explications bien imagées (il y a une photo par étape à suivre, pas uniquement la photo du plat cuisiné comme dans un livre de recettes);
  • On peut conserver la fiche recette pour la refaire en achetant les ingrédients à l’épicerie si on l’a appréciée;
  • Les valeurs nutritives sont généralement intéressantes. Les recettes contiennent pour la plupart une quantité appréciable de légumes;
  • Cela peut aider à diminuer le gaspillage alimentaire, puisqu’on utilise tout le contenu de la boîte. Par exemple, il ne restera pas ½ oignon ou ½ bouquet de persil qui risque d’être oublié dans le frigo.

Désavantages

  • Le coût est d’environ 12 $ par portion. L’entreprise, le nombre de repas, le nombre de portions et le type de repas (végétarien ou non) font varier le prix par portion. C’est plus dispendieux que si on le faisait soi-même avec des ingrédients achetés à l’épicerie car il y a un coût associé à la transformation et à la livraison;
  • La quantité d’emballage en fait une option qui n’est pas écoresponsable. En effet, presque tous les ingrédients coupés ou portionnés se trouvent dans des sacs ou contenants en plastique, qui sont regroupés dans un sac, puis dans une boîte. Même si les emballages sont recyclables, la meilleure façon de limiter les déchets est avant tout de ne pas en produire;
  • Le modèle par abonnement n’est pas flexible. Les boîtes sont envoyées d’emblée, et il faut aller sur le site Web si on désire sauter une semaine. Si on oublie, on se retrouve avec une surprise sur son balcon… et sur sa carte de crédit!;
  • Alors que Marché Goodfood et Cook it sont des entreprises québécoises, HelloFresh est une entreprise américaine. Marché Goodfood affirme sur son site Web choisir des produits locaux pour ses recettes, et Cook it va jusqu’à garantir qu’au moins 50 % des ingrédients de la boîte sont locaux. Toutefois, il n’y a pas vraiment moyen de connaître la provenance des aliments, alors qu’à l’épicerie, celle-ci est indiquée.

Verdict

Les boîtes de repas prêts-à-manger sont une option intéressante pour s’épargner l’étape de la planification des repas et la visite à l’épicerie. Elles permettent de cuisiner des repas frais et de découvrir de nouvelles recettes et nouveaux ingrédients. Elles viennent à notre rescousse lors des périodes où on manque de temps, comme lors d’un déménagement ou d’une période plus intense au travail. Toutefois, le coût est élevé si on compte sur ces boîtes de façon hebdomadaire durant une longue période, et les emballages multiples en font une option qui n’est pas écoresponsable.

Options prêtes à manger

Le prêt-à-manger pousse l’idée de la rapidité encore plus loin que le prêt-à-cuisiner. Il est possible d’acheter ces plats à l’épicerie ou dans un centre de distribution ou encore de les commander en ligne. Avec cette formule, le repas est prêt à être réchauffé si nécessaire et mangé en quelques minutes seulement.

Quelques exemples de ce type de produits: MissFresh, Repas WeCook, les plats de la nutritionniste Isabelle Huot, les plats surgelés Zéro Diète (en vente dans les Nautilus Plus), Fitmenu, les repas préparés à l’épicerie, les repas surgelés à l’épicerie, et ceux de nombreuses petites entreprises offrant des options locales.

Avantages

  • Le temps de préparation est réduit à zéro;
  • Les repas surgelés se conservent longtemps et sont utiles pour dépanner;
  • Possibilité d’encourager une entreprise locale en choisissant un plat préparé à l’épicerie ou par une entreprise québécoise.

Désavantages

  • Certains plats contiennent des ingrédients très transformés ainsi que des agents de conservation;
  • L’emballage individuel augmente le coût par portion comparativement à un plat offert en format familial;
  • D’un point de vue nutritionnel, nombreux sont ceux qui contiennent trop de glucides (beaucoup de pâtes ou de riz) et pas assez de protéines et de légumes;
  • La grosseur des portions est souvent trop petite pour un adulte. Pour pallier ce défaut, il est possible, afin de le rendre plus complet, d’accompagner le repas d’une salade, s’il manque de légumes, ou de 2 œufs durs, une conserve de thon ou un yogourt grec s’il manque de protéines, par exemple.

5 questions pour choisir un repas prêt-à-manger

  1. Le plat prêt-à-manger contient-il des légumes, une source de protéines (tofu, viande, poulet, poisson, légumineuses, fruits de mer, œufs, etc.) et une portion de grains entiers?
  2. Si les valeurs nutritives sont indiquées, contient-il au moins 20 g de protéines par portion?
  3. La liste d’ingrédients du plat prêt-à-manger est-elle facile à lire? Ressemble-t-elle à une recette que vous pourriez faire à la maison?
  4. Combien de sodium le repas contient-il? Sachant qu’on devrait se limiter à 2 300 mg par jour, on peut effectuer un calcul rapide pour savoir si cela a du sens pour un repas. Par exemple, si je mange 3 repas et 2 collations, un repas à 600 mg de sodium a du sens, alors qu’un repas à 2 000 mg de sodium fera assurément dépasser le maximum quotidien.
  5. Est-ce que ça a l’air bon? La satisfaction est un point important à considérer lors du choix d’un repas. Car on mange aussi avec nos yeux!


Il n’y a rien de mal à vous alléger la tâche dans la cuisine si vous en ressentez le besoin. Si vous êtes débordé et que vous désirez vous tourner vers des options déjà préparées, j’espère que les critères ci-dessus vous aideront à faire un choix averti! Avez-vous déjà essayé les services de prêt-à-manger ou de prêt-à-préparer?


Merci à Marie-Ève Caplette, nutritionniste, pour la rédaction de cet article.

8 effets positifs de la pandémie

Prochaine lecture Tracé 82
Group

Abonnez-vous à notre infolettre